Vendredi 27 mai 5 27 /05 /Mai 15:52

 

Plage-assini.jpg DEFINITIONS

Le tourisme

 Le tourisme se définit comme l’action de voyager pour son agrément. Aussi, se caractérise t-il comme un phénomène de masse dont les activités sont déployées par des personnes au cours de leurs voyages.

 Le tourisme est alors considéré comme un élément moteur de lutte contre la pauvreté, de création d’emplois et d’harmonie sociale.

 L’artisanat

L’artisanat est lié aux techniques de productions rudimentaires exercées par des groupes lignagés que sont les bijoutiers à partir de la fonte à cire perdue, les sculpteurs sur bois, les artisans de cuir, les tisserands, les potiers, les artisans  tissages etc. cet ensemble  de productions d’arts rattachés au tourisme permet d’enrichir la gamme de produits touristiques. Le tourisme et l’artisanat se définissent donc comme un ensemble de services et d’activités complémentaires liés aux loisirs.

LA PLACE DU TOURISME ET DE L’ARTISANAT SUR LE PLAN IVOIRIEN

 Depuis  l’indépendance de la Côte d’Ivoire, la filière agricole notamment le café et le cacao a constitué le levier irrésistible du développement glorieux de ce pays.

Sans risque de se tromper dans une grande mesure, l’on  peut  affirmer que  c’est  la volonté politique affirmée des GOUVERNANTS d’alors qui a établi le bien  fondé de leur choix, pour classer les autres secteurs d’activités dont celui du  tourisme et de l’artisanat, dans des tâches de développement secondaires et complémentaires.

 Plusieurs années après avoir subi sa mue, la Côte d’Ivoire doit penser à une reconversion économique, pour une redistribution nouvelle positive.

Devant cette alternative embarrassante et au regard de tous les signes focaux  observés et les informations recueillies et analysées, il apparaît que pour  permettre  un véritable redécollage  de l’économie ivoirienne, il faut rechercher une industrie de substitution. Pour notre part, l’industrie touristique et artisanale comme l’une des solutions de remplacement ou de rechange de distribution et de consommation de la Côte d’Ivoire qui a été retenue. Les industries café cacao connaissant des difficultés de toutes sortes.

 LES FORMES DU TOURIME ET DE L’ARTISANAT

DE LA COTE D’IVOIRE

FORMES DU TOURISME IVOIRIEN

 Le tourisme ivoirien se présente sous plusieurs formes, notamment :

Le tourisme écologique

 Il concerne l’exploitation des richesses naturelles. Le tourisme écologique est constitué de neuf (9) parcs nationaux couvrant une superficie de 1730550 hectares, soit près de 6% de la superficie de la Côte d’Ivoire.

 

Le tourisme balnéaire

Il porte sur la mer, la lagune et les plans d’eau. Le tourisme balnéaire dispose de 560 Kms de littoral dont les plages qui sont les plus belles et les plus prisées de la sous région Ouest Africaine. Le produit balnéaire offre une superficie de 300 000 hectares de plan d’eau.

Le tourisme thématique ou culturel

 Il est relatif à l’architecture traditionnelle, l’artisanat, les danses, les fêtes.

 

Le tourisme sportif

 Il est lié au golf, au rallye, au marathon et à la pêche sportive.

 Le tourisme religieux

 Il se rapporte à la découverte des sites religieux, notamment, à la basilique Notre Dame de Yamoussoukro, aux mosquées…

Le tourisme de congres et incentives

 

C’est l’activité touristique essentiellement portée sur les congrès et autres rencontres internationales, visites de groupes.

 

A titre d’illustration il faut noter que, les salles des congrès offrent 2 500 places à Abidjan et 4 000 places à Yamoussoukro.

LE TOURISME ET L’ARTISANAT DE LA COTE D’IVOIRE

 LES FORMES ET LES OPPORTUNITES

 

Les forces et les opportunités du tourisme et de l’artisanat de la Côte d’Ivoire se reposent essentiellement dans les valeurs économiques, culturelles, politiques et sociales exposées précédemment, auxquelles il faut ajouter :

l’existence des sites touristiques

les richesses touristiques et artisanales

les richesses gastronomiques

la baisse de la fiscalité hôtelière

la suppression de la taxe de développement touristique

la réduction des impôts et taxes prévues sur les propriétés bâties en matière d’hôtellerie.

 

 LES FAIBLESSES

 

Certaines richesses attrayantes qui ont contribué à la curiosité de la Côte d’Ivoire ont été compromises par le fait du coup d’état de Décembre 1999 et de la guerre du 19 Septembre 2002.

En dehors de ces cas isolés, l’analyse succincte du secteur du tourisme et de l’artisanat en Côte d’Ivoire relève d’autres obstacles au développement de ce secteur.

Les principaux obstacles sont :

l’instabilité politique, depuis le 24 Décembre 1999 ;

l’insécurité grandissante depuis les crises ;

la mauvaise gouvernance ;


L’ANALYSE DES TABLEAUX RECAPITULATIFS DES STATISTIQUES HOTELIERES ET DES TOURISTES A L’AEROPORT F.H.B ABIDJAN FONT RESSORTIR LES ETATS SUIVANTS


Au cours de cette période, le tableau relève que le flux touristique a baissé. De 1 580 542 touristes (1994 - 1999) avec 1 896 590 400 000 Fcfa de recettes, seulement 1 100 404 touristes ont fréquenté la destination Côte d’Ivoire ; pour des recettes évaluées à 1 320 183 360 000 Fcfa, entre 2000 et 2005.

Constat : Au regard des éléments fournis dans le tableau A et B, l’on constate ce qui suit :

baisse de la fréquentation de la destination Côte d’Ivoire au cours de la période 2000 à 2005 par rapport à la période 1994 - 1999)

baisse drastique des recettes. Une perte cumulée de 576 407 040 000 Fcfa est constituée.

Conséquences : 479 938 touristes se sont retenus de fréquenter la Côte d’Ivoire.

Trois (03) faits essentiels peuvent être retenus pour justifier la santé forte déconcertante du tourisme ou le remuement de l tendance au cours de la seconde période. Il s’agit de :

de la mauvaise tenue du marché international ;

du climat d’insécurité des biens et des personnes pendant les multiples crises qui ont éprouvé la Côte d’Ivoire ;

de l’absence d’investissements devant favoriser l’émergence des PME et PMI dans le secteur du tourisme et de l’artisanat.

Comme il est juste d’affirmer que la Côte d’Ivoire dont l’objectif est d’accroître le flux touristique et de faire passer le nombre de touristes de 250 000 touristes en 1997 à 600 000 touristes en 2000 n’a pu respecter son engagement pour les raisons invoquées.

 Cependant, au regard des éléments indicatifs ci-après examinés, il est permis de soutenir de façon manifeste et déterminée que le secteur du tourisme et de l’artisanat constitue une industrie de substitution, pour vu que de manière courageuse et affirmée, une volonté politique se dégage clairement et fermement au niveau du gouvernement comme cela se fait ailleurs dans les pays à vocation touristique artisanale.                      

 

 ETAT COMPARATIF DES RECETTES : (industrie café - cacao,

      industrie tourisme et artisanat)

NB : En effet, il faut rappeler pour mémoire que le touriste qui passe une semaine en Côte d’Ivoire laisse l’équivalent de deux (02) tonnes de cacao. Il faut ajouter à cela, les produits d’arts et de souvenirs.

Données Industrie Café - Cacao pour la campagne 1994 - 1995 (sources Ministère de l’Agriculture)

1 079 175 tonnes ont été enregistrées au cours de cette campagne pour des recettes cumulées de l’ordre de290 054 970 000 Fcfa.

Données Industrie Tourisme et Artisanat pour les années 1994 - 1995 (source Ministère du Tourisme et de l’Artisanat)

Les effets bénéfiques de cette industrie sont estimés à 449 558 400 000 Fcfa. Selon les informations recueillies dans les différents tableaux, pour la même période de 1994 à 1995, l’on note un déficit de159 503 430 000 Fcfa entre les revenues occasionnées par l’industrie touristique et artisanat et l’industrie Café - Cacao. Les différents montants annoncés en ce qui concerne le secteur du tourisme et artisanat, sont à titre indicatif et estimatif. Les consommations du touriste vont au-delà, dans la mesure où le touriste se retrouve à tous les niveaux de la chaîne de consommation où il effectue des dépenses non maîtrisables et incompressibles pendant son voyage. (Eau, frais de téléphones, repas, jeux, boissons et autres plaisirs, etc…)

 C’est pourquoi, il est bon et juste de retenir que le secteur du tourisme et de l’artisanat en se classant parmi les industries à valeur économique irrésistible, politique, culturelle et sociale est pris comme une activité industrielle, vu son poids économique et financier dans les services de l’état ; et aussi par sa contribution à la création des emplois et partant à la résolution des problèmes de chômage et de recasement des ex-combattants et jeunes à risques.

OBJECTIFS ET RECOMMANDATIONS

OBJECTIFS

La Côte d’Ivoire dont l’objectif est de devenir la première destination en tourisme ou la vitrine des échanges touristiques et artisanaux, de la sous région ouest africaine, en dehors du Maroc, de la Tunisie, de l’Egypte, du Sénégal, du Kenya, du Ghana qui ont embrassé avec beaucoup de détermination l’activité touristique, la Côte d’Ivoire dis-je doit inévitablement prendre conscience dès maintenant de l’atout considérable que représente son industrie touristique et artisanale.

Les énormes potentialités qui comblent la nature généreuse et riche de la Côte d’Ivoire, le patrimoine culturel, traditionnel et artisanal  dont elle dispose doit être restauré et  exploité de façon efficace, juste et efficiente.

La traduction de son ambition et sa volonté de faire du secteur du tourisme et de l’artisanat, un pôle véritable de richesse doit se concrétiser par l’élaboration d’un plan stratégique de développement touristique et artisanal cohérent.

 

RECOMMANDATIONS

 

Aussi, est-il recommandé que pour constater la faisabilité des actions menées,  les mesures essentielles soient prises. A savoir :

 - La reconnaissance politique du tourisme et de l’artisanat.

Le tourisme et l’artisanat étant une activité économique importante, un document de politique générale cohérente dont la préparation (états généraux) devrait être précédée de consultations et de discussions avec les Acteurs de l’industrie y compris le secteur privé doit être rédigé. Le texte doit être approuvé par le parlement.

 - L’adoption d’une législation réglementant l’industrie touristique et

  artisanale.

 

Aucune industrie ne prospère sans une législation propre pour la réglementer. Le secteur du tourisme et de l’artisanat a besoin des lois adoptées par les Députés.

 - La participation de l’Etat au développement et à la construction des super

  structures.

L’Etat doit continuer d’encourager l’investissement dans l’industrie par la construction de supers établissements.

 

- Le développement de l’infrastructure.

 

L’Etat doit encourager la réfection et la mise en valeur de certaines infrastructures « oubliées ».

 - La stabilité politique et sécurité.

 S’il y a un facteur qui à lui seul, a ralenti la croissance du tourisme et de l’artisanat en Côte d’Ivoire ces dernières années, c’est le manque de stabilité politique et l’absence de sécurité. C’est pourquoi, il faut réactiver la mise en place des brigades touristiques sur les plages et devant les réceptifs hôteliers et artisanaux.

 

- La sensibilisation de l’opinion publique à l’importance du tourisme et de

  l’artisanat.

 

Il incombe à l’Etat de faire prendre conscience à la population de l’importance du tourisme et de l’artisanat, comme une activité économique créant des emplois, rapportant des recettes fiscales à l’Etat, permettant d’obtenir des devises nécessaires aux importations, exportations et sources et revenus pour le paysans et artisans.

 

- La protection de l’environnement et du patrimoine culturel.

 L’Etat doit nécessairement se charger de protéger la faune, la flore et de préserver, voir de restaurer les ressources historiques.

- La valorisation et la formation des ressources humaines.

 La qualité du service dans l’industrie touristique et artisanale est nécessaire. L’Etat doit créer des institutions de formations d’un personnel de qualité.

 

- La promotion du tourisme et de l’artisanat (extérieure, intérieure).

 

L’Etat doit initier des actions de promotion agressive à l’extérieur en direction des pays émetteurs de tourisme. En Cote d’Ivoire, en direction, des consuls, des Ambassadeurs et des organisations Internationales, du parlement, des grandes surfaces, des Institutions et des Ministères. La promotion du tourisme et de l’artisanat doit être soutenue par un budget non négligeable donc signifiant.

 - Le traitement salarial du personnel

 Le personnel du tourisme doit obtenir des mesures d’incitations pouvant améliorer les conditions salariales et de travail, car ce personnel constitue la première vitrine de la Côte d’Ivoire.

 

- La réactualisation des vols charters

 

- La création d’un fonds de développement du tourisme et de l’artisanat.

 Les fonds doivent soutenir les activités du secteur.

 - La restructuration ou la réorganisation institutionnelle des taxes aéroportuaires.

 

- La mise en place d’un plan de carrière avec des conditions de motivations.  

 - La mise en place d’un cadre permanent d’échanges et de consultations (interne, continental) sur les activités du secteur du tourisme et de l’artisanat.

La chose jugée étant tenue pour vérité dit-on, le redécollage de l’économie de la Côte d’Ivoire au cours des périodes à venir est permis en jouant la carte du tourisme et de l’artisanat.

La  réalisation des objectifs majeurs, passe inévitablement par les actions suivantes :

La révision du cadre juridique de fonctionnement des services de l’administration du tourisme et de l’artisanat en favorisant la flexibilité des outils d’exécution des dépenses liées au fonctionnement des services du Ministère du Tourisme et de l’Artisanat ;

L’encouragement, la réorganisation des services du Ministère par la création de nouvelles Directions, et de Structures spécialisées de production et de développement ;

Le développement et la  modernisation les entreprises touristiques et artisanales ;

La réhabilitation des voies d’accès aux sites et villages touristiques du fait de la crise ;

L’identification, le développement, et la valorisation des filières porteuses ;

L’organisation des opérateurs de la chaîne du tourisme en associations, en favorisant le regroupement par groupe de métier ;

La bonne gestion des Etablissements sous-tutels (Bonne gouvernance) ;

La sécurisation de tous fonds provenant du secteur

La mise en place d’un mécanisme de financement du secteur du tourisme par création d’un fonds de développement du tourisme d’une part et de l’artisanat d’autre part ;

La restructuration des conditions et formes (juridiques, administratives et institutionnelles) de perception des taxes aéroportuaires.

 En effet, le système financier bancaire existant paraît simple et classique. Il s’avère incapable d’assurer le financement du secteur, faute de produits financiers adaptés aux besoins.

Les opérateurs économiques du secteur de l’artisanat et du tourisme doivent se tourner vers la mutualisation pour supporter solidairement les coûts et les conditions de crédits :

Le renforcement des capacités des  Chambres des métiers ;

La favorisation de la création des circuits touristiques nationaux et partenariat avec d’autres organismes de tourisme à l’étranger ;

réactualiser la chartérisation ;

réhabiliter les bourses de tourisme ;


 Pour faire face à la concurrence impitoyable qui sévit au niveau du tourisme international et pour répondre aux besoins d’une clientèle de plus en plus exigeante et éveillée, la Côte d’Ivoire de “demain” est obligée de tirer son inspiration des pays à vocation touristique. La Côte d’Ivoire doit se doter d’un réseau d’hôtels et d’établissements exceptionnels composés de :

hôtels résidences (pas de restaurants mais des bars et cafétérias) ;

hostals (établissements de nature semblable aux hôtels, mais modestes) ;

paradors de tourisme (hôtels installés dans les châteaux ou bâtiments historiques ;

appartements (appartements meublés pour vacances ou voyages en groupes) ;

camping (hôtels situés généralement sur les côtes) ;

 

Dans tous les cas, tous les pays qui ont réalisé des investissements en infrastructures, en formation, en organisation et installations touristiques appropriées ont obtenu des bénéfices intéressants des effets du tourisme et de l’artisanat.

 Les opérateurs économiques du secteur de l’artisanat et du tourisme doivent se tourner vers la mutualisation pour supporter solidairement les coûts et les conditions de crédits :

Le renforcement des capacités des Chambres des métiers ;

La favorisation, la création des circuits touristiques nationaux et partenariaux avec d’autres organismes de tourisme à l’étranger ;

La réactualisation de la chartérisation ;

La réhabilitation des bourses de tourisme ;

La réactivation de la brigade touristique ;

La restructuration et la redynamisation des Bureaux du Tourisme à l’extérieur


CONCLUSION

 Tout bien considéré, « le tourisme et l’artisanat ivoirien, une industrie de substitution » est une humble contribution volontaire et personnelle, comme tant  d’autre  publications au manuels mis à la disposition des Ministres. Cette réflexion vise  essentiellement à  participer  au débat  lié à la reconstruction  post-crise de  la Côte d’Ivoire et  au delà de la période du renouveau ivoirien. C’est pourquoi, elle devra  être considérée comme un indicateur de rendement et non comme  un plan directeur de plan stratégies, encore moins comme une matrice d’action ou un tableau de bord.

Le secteur du tourisme et de l’artisanat constitue donc une industrie véritable, un instrument de lutte contre la pauvreté, d’harmonie sociale et de création d’emplois mis à la disposition de la Côte d’Ivoire par la nature.

Dans le cadre d’une redéfinition de la politique du tourisme et de l’artisanat pour tenir compte de la reconstruction de la Côte d’Ivoire (post-crise), voilà prescris quelques remèdes appropriés qui pourraient aider le tourisme et l’artisanat à être considérés comme une industrie de substitution.

                         Fait à Abidjan, le 24 Mai 2011

            

               Y. HOUPHOUËT FELIX

Auditeur des Finances Assermenté

Ancien Directeur Adjoint du Bureau Tourisme et de l’Artisanat à l’Ambassade de Côte D’Ivoire en Espagne / Portugal

damoussuet@yahoo.com

damoussuet01@yahoo.fr

02 10 45 61/07 17 24 70

Par jbkouakou - Publié dans : CULTURE
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

À lire aussi…

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Décembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés