Grogne chez lez Houphouëtistes/Vers la dislocation du RHDP ?

Publié le par jbkouakou

RHDP.jpgAprès de longues souffrances pour accéder  au pouvoir d’Etat, le partage des postes semble créer une scission au sein du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP). Divergences de vue,  déclarations fracassantes, à peine arrivés au pouvoir,  les disciples d'Houphouët-Boigny réunis au sein du Rhdp sont au pied du mur. Va-t-on vers la dislocation de ce groupement politique? En tout cas, les derniers développements de l’actualité ne semblent pas rassurer les militants de ce rassemblement politique qui, pourtant, étaient tous la cible des miliciens et mercenaires de Gbagbo. Les leaders du Rhdp sont en voie de permettre aux Ivoiriens de vérifier la pertinence de cette pensée du sage: « Après la prise du pouvoir, le partage du gâteau pose problème ». Depuis quelques semaines, des militants membres de ces différents partis  étalent au grand jour, les divergences qui minent leur union concrétisée par la création du Rhdp le 18 mai 2005, sur les bords de la Seine à Paris. La plate-forme de gouvernance promise par le RHDP pour gouverner ensemble, ne semble toujours pas se dégager. A contrario, les divergences de vue sont plus que jamais mises en évidence à travers des déclarations et murmures des uns et des autres, depuis la formation du gouvernement. Ces différentes grognes çà et là mettent en mal, depuis quelques temps, l’objectif commun et le programme de ce rassemblement signé le 18 octobre dernier à Yamoussoukro pour gouverner ensemble la Côte d’Ivoire. Franchement, si rien n’est entrepris dans l’immédiat sous l’arbre à palabre pour ramener l’ordre dans la maison, les jours du grand rassemblement des Houphouëtistes pourront être comptés. Tout simplement, à cause des querelles de partage de postes ministériels. Tout le monde est utile dans la société. Chacun peut servir dans un domaine précis. C’est pourquoi, les Houphouëtistes devront unir leur force pour avoir une solide base, et non donner raison aux partisans du président déchu, Laurent Gbagbo qui ont toujours ‘’qualifié leur union de contre nature’’.

 

BENJAMIN SORO

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article