Crise ivoirienne / La population d’Abobo dans la débandade totale

Publié le par jbkouakou

 

Depuis trois jours à Abobo, dans les quartiers de PK 18, N’Dotré et ses environs, des affrontements ont lieux entre les partisans de Ouattara et la  soldatesque  de Gbagbo. Des sources fiables, les partisans de Ouattara, agacés par les tueries massives et ignobles des soldats de Koudou, ont décidé de se défendre bec et ongles. Ce qui a transformé Abobo en un véritable champ de bataille. En effet, le Machiavel des lagunes  a convoyé sur Abobo un arsenal de guerre pour selon lui en découdre avec le commando invisible dont on parle depuis quelques jours. Des bruits de canons et de chars se font entendre jours et nuits dans la commune la plus peuplée de Côte d’Ivoire. Cette situation de guerre a occasionné la psychose chez les populations vivant dans cette localité. Dès 6h du matin les populations ne pouvant plus supporter ses tirs nourris, sont prises de panique. Des sexagénaires,   hommes,  femmes, des enfants et des veuves sont obligés de quitter leurs domiciles pour se trouver un abri. A vouloir s’accrocher coûte que coûte au pouvoir, le fils de Koudou Zêpê fait des populations d’Abobo, des déplacés de guerre. Toutes ces circonstances amènent à s’interroger ; Pourquoi Gbagbo veut-il à tout prix rester au pouvoir quand il  sait pertinemment qu’il a perdu les élections?  Le fait marquant et choquant, c’est que la télé LMP fait croire à l’opinion nationale et internationale que tout marche comme sur des roulettes alors que la situation est morose à Abidjan.  Aujourd’hui, il est difficile de donner un bilan exact de ses affrontements mais l’on fait état de plus d’une centaine de civils tués par la soldatesque de Gbagbo. Aussi,  les populations bien qu’ayant parcourues des kilomètres de marches, subissent les atrocités des hommes de Gbagbo, les obligeant parfois à se retourner sur le champ de bataille. C’est le cas d’un groupe de  déplacés qui,  étant arrivé au niveau d’Abobo  Kennedy  ont subi  le courroux des hommes de Koudou. Mais, ils ont continué leur marche dans l’espoir de se trouver un refuge. Vivement,  que le Président Ouattara et l’ONU fassent quelque chose pour que cette frange de la  population ivoirienne ne subisse plus jamais le diktat de la soldatesque de Gbagbo.

 

JB KouakouJBBo

Jbkouakou@hotmail.fr

 

Légende : La soldatesque de Gbagbo entraîne la psychose à Abobo  

 

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article