Abobo/ Crise post électorale Crime odieux et macabre du camp LMP

Publié le par jbkouakou

ABOBOBO-MORT-d-une-femme-par-Camp-Gbagbo.JPGLe jeudi 03 mars dernier  à Abobo  aux environ de 8h00 les femmes du RHDP ont décidé de faire une marche dont le slogan était ‘‘Opération Balayage’’.  Cette marche devrait rassembler au rond point d’Abobo gare, les femmes des différents quartiers d’Abobo. Selon  eux, le commando invisible ayant libéré Abobo, l’occasion  leur est donc donnée  pour manifester leur ras le bol contre les folies meurtrières  qui sévissent dans ladite commune. Ainsi des milliers et des milliers de femmes étaient au rendez-vous. Une fois à la gare, la marrée humaine  prend pour direction Adjamé en vue de rejoindre les femmes de cette autre commune d’Abidjan. Malheureusement, à leur grande surprise, un blindé de couleur bleu estampillé ‘‘Gendarmerie Nationale’’, accompagné de deux(2) double cabine (4x4) font volte face. Le leader des femmes tenant le mégaphone demanda à ses sœurs d’ovationner ce blindé car pour elles c’étaient les vraies FDS et la vraie armée ayant compris l’appel du président Alassane Ouattara qui venaient pour encadrer la marche. Mais à leur grand étonnement, le char qui venait de se faire acclamer et ses deux compagnons, font demi-tour et lorsque les deux (2) doubles cabine (4x4)  prennent la poudre d’escampette, le blindé de la soldatesque de Gbagbo envoie simultanément plusieurs rafales sur les manifestantes à main nue. Ces tirs de sommation ont engendré la mort de 8 personnes dont sept(7) femmes et un(1) enfant montrant la perfidie des hommes de Gbagbo. Des images à vous couper le souffle et qui  témoignent de la violence et du non respect des droits humanitaires en Côte d’Ivoire.  Côte d’Ivoire, jadis arbre de paix et de bon vivre sombre dans le chaos et dans l’agonie par la faute d’un usurpateur de pouvoir en occurrence Laurent Gbagbo. Vivement que le monde entiers se lève comme un seul homme pour sauvé cette belle patrie.

JB kouakou

jbkouakou@hotmail.fr

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article